Semi marathon de Paris 2014

Une nouvelle fois grand soleil pour cette course à un peu plus d’un mois du marathon de Paris.

L’objectif n’est pas de se mettre dans le rouge mais de garder une allure pas trop dure surtout après un stage de natation les jours précédents. Je prends donc le parti de ne pas trop regarder ma montre, uniquement de temps vérifier mes pulsations cardiaques afin de ne pas dépasser les 170 puls/min.

Je prends le départ dans la zone préférentielle, une nouvelle fois on peut regretter que les sas soient remplis de coureurs d’entreprises partenaires de l’organisation. Dès le coup de feu donné il y a forcément très vite des bouchons avec des coureurs rapides et d’autres beaucoup moins.

Je débute donc à la sensation, je me sens plutôt pas trop mal et constate que le parcours est globalement en descente. Premier kilomètre en 3’59, c’est très bien, je continue sans trop forcer. Sans m’en rendre compte j’accélère les kilomètres suivant avec notamment des 3’48 et 3’44 respectivement au 4ème et 5ème kilomètre! Je n’ai pourtant pas l’impression d’accélérer, le parcours en descente est peut être une explication. Je ne m’inquiète pas trop de l’allure rapide et continue. Je passe le 5ème kilomètre en 19’20. Quel bonheur de retrouver des ravitaillements avec des petites bouteilles d’eau et non ces satanés gobelets où l’on en met plus à l’extérieur qu’au fond de son gosier! J’aimerai bien connaitre une comparaison en terme d’impact environnemental entre des gobelets et des bouteilles d’eau sur une course de masse telle que celle-ci…

Capture d’écran 2014-03-06 à 17.27.47

Le parcours reste très roulant (descendant) jusqu’au 16ème kilomètre si ce n’est une petite bosse au 8ème et une autre plus ou moins longue qui me fait perdre plusieurs dizaines de secondes car je me mets automatiquement en mode économie à la moindre élévation du relief.

Je passe le 10 en 38’38, le 15 en 58’17. Je faiblis un peu sur la fin, mais reste en dessous des 4′ au kilomètre. Je finis en 1’22’36 à la 422ème place, un peu étonné par un si bon temps alors que je partais plus pour une sortie longue en rythme qui s’inscrit dans la préparation du marathon.

Niveau FC, bonne nouvelle, j’ai ponctuellement titillé les 169, mais en moyenne je suis aux alentours de 163.

Capture d’écran 2014-03-06 à 17.10.52 Capture d’écran 2014-03-06 à 17.10.22

 

 

 

Préparation Marathon de Paris 2014

La semaine prochaine marque le véritable début de ma préparation marathon avec pour objectif d’abaisser mon temps de référence de 2h58 réalisé sur le parcours de Nice-Cannes.

Je vais changer quelques points de ma préparation car je n’ai pas été pleinement satisfait de mon dernier marathon en juin dernier. Premièrement, je vais passer à cinq séances par semaines avec l’ajout d’une séance le mercredi. Mon schéma sera donc globalement le suivant:

  • Mardi: VMA courte
  • Mercredi: Séance de régé + gainage
  • Jeudi: Seuil
  • Samedi: Séance de régé
  • Dimanche: sortie longue.

Je vais également insister un peu plus sur le travail qualitatif en augmentant les séries de fractionnée.

Le milieu de préparation sera marqué également par le semi de Paris le 2 mars qui permettra de réaliser une bonne séance au seuil à un peu plus d’un mois de l’échéance. Je voulais réaliser mon premier 10km en compétition mais je n’ai pas pu trouver d’épreuve. Je poste bientôt mon plan.

Fin 2013 et 2014

L’année 2013 est sur le point de se terminer. J’ai certes participé à peu d’épreuves cette année, mais j’ai néanmoins réalisé un volume kilométrique plus important que d’habitude avec 1241 kms au compteur.

La seule véritable épreuve à laquelle j’ai pris part, à savoir le marathon des vignobles d’Alsace me laisse un souvenirs mitigé. J’ai adoré le parcours, mais mon temps final impacté en grande partie par la chaleur ternit un peu le tableau. Le semi de Lille de cette année reste pour moi anecdotique car je m’y suis présenté sans aucune préparation. Le dernier point positif à mentionner pour cette année concerne l’absence quasi totale de blessure.

Pour 2014, j’ai un peu plus d’ambition. Je compte notamment m’aligner après plusieurs années d’abscence(dont l’édition 2010 pour cause de blessure!) au marathon de Paris le 6 avril prochain. Mon meilleur temps sur le parcours date de 2008 avec un modeste 3h18. Je partagerai certainement mon plan marathon prochainement.

marathon paris 2014

Je prendrai également part au semi de Paris un mois plus tôt mais je suis conscient que je ne pourrai pas y performer en raison d’un stage de natation prévu quelques jours avant.

Pour la deuxième partie de 2014 rien n’est encore décidé, soit je continue sur ma lancée semi et marathon, soit je retourne faire un petit tour en montagne, ou dernier option… si je déménage je pense que je prendrai part à mon premier triathlon.

Semi-marathon de Lille 2013

Bon, pas d’entrainement, pas de temps…

J’ai pu effectivement le vérifier le 31 août dernier. Avec pratiquement aucune sortie depuis début juin, je décide de courir le semi histoire de me faire plaisir. Comme prévu, les performances n’ont pas suivi.
En plus de cela, ma montre n’a pas trouvé les GPS avant le départ et sa mémoire était pleine, je ne pouvais donc pas contrôler mes pulsations cardiaques, ni mon temps, ni la distance gps.
Enfin de toute façon, aucune excuse, je termine en 1h28’35 à la 381ème place. Je n’ai pas été dans le rythme du début à la fin de la course, j’ai même beaucoup ralenti (pulses aux alentours de 163!) sans m’en rendre compte. Je termine un peu mieux les derniers kilomètres, en me forcant à adapter un rythme un peu plus correct.

semi-marathon du vignoble d’Alsace

Première course depuis cette fichue tendinite au genou. Je prends le départ surtout avec l’appréhension de tenir un peu plus d’une heure avant que la douleur ne se déclare. Il fait encore plus frais que l’an dernier à Molsheim! si on m’avait dit qu’un jour j’aurai froid sur cette course??!

Le départ est donc donné avec une température idéale et les éclaircies  font très vite leur apparition sur les vignes. De mon coté j’essaie de démarre doucement en scrutant le cardio. Dès le 3ème kilomètre, je sens que je n’ai pas de jambes… Tout ceci est confirmé par le chrono où je suis en moyenne 10 secondes moins rapide sur le plat que d’habitude, et je ne parle pas des bosses où là je suis complétement à la ramasse. Un fort vent de face n’est pas là pour arranger les choses.

A partir du 15ème je commence à ressentir une petite pression au niveau du genou droit, globalement la douleur ne se déclare pas trop et je pourrai finir. Au final, comme attendu, le temps n’est pas terrible: je perds presque 3 min 30 par rapport à l’an passé! Je finis donc un peu au courage en 1h29’39 à la 34ème position.

Même si je suis déçu du temps comparé à celui de l’an dernier, le contexte ( course de reprise après 6 mois de galère) et les conditions météo (beaucoup de vent et de la boue) ne m’ont pas aidé. Le point positif est que j’ai pu recourir 21 kilomètres sans douleur gênante. J’ai l’impression que courir vite me fait moins mal au genou.

Une idée du profil et ma fréquence cardiaque:

 

 

 

Reprise au semi du vignoble d’Alsace?

Le semi-marathon du vignoble d’Alsace est une course à laquelle je participe depuis plusieurs années. Le parcours n’est pas facile avec quelques bonnes cotes spécialement lors des passages dans les vignes et généralement la chaleur est au rendez-vous. Je vais  tenter de courir ce semi malgré mon genou toujours convalescent.

 

Je suis actuellement une préparation « classique » tout en restant attentive à la douleur. Lors d’une sortie relativement « longue »   hier, j’ai ressenti un début de douleur au bout de 1h10 et n’ai pas voulu insister. J’ai glacé en rentrant en espérant que je n’ai pas empiré l’inflammation et que je pourrai aller au bout des 21 kilomètres dans deux semaines.

Semi-Marathon du vignoble d’Alsace

Petit retour sur cette course qui s’est déroulée le 20 juin avec pour une fois une certaine fraîcheur au départ, inhabituel comparé à l’importante chaleur des deux dernières années. Le départ devait normalement se donner à 9h30 mais en raison de problèmes de navette pour acheminer les coureurs, le départ est donné à 10h10. Ça part assez vite devant, l’impression est amplifiée par la bonne descente sur un peu moins de deux kilomètres. Globalement dès le départ je ne suis pas très bien, les jambes suivent mais je suis vite à court de souffle, je tente donc de me caler sur un rythme supportable par mon état physique du jour. Le parcours est toujours vallonné et les relances à travers les villages sont nombreuses. On arrive enfin aux premières « vraies » bosses dans les vignes et paradoxalement je me sens mieux dans les montés. Peu après le 15ème kilomètre, me situant aux alentours de la vingtième places, sur un passage de plat, je me fait rejoindre par un coureur et peu de temps après par deux autres, ils me prennent environ 100m.

Arrive ensuite une forte pente, et bien que pensant me faire distancer d’autant plus, je reviens progressivement et j’arrive même à prendre un peu d’avance. Je me sens d’un coup vraiment mieux (oui après 15 bornes!) et termine sur un rythme bien plus élevé et fluide. Au final, je termine 19ème en 1h26’06. Même si je n’avais pas beaucoup de jambes aujourd’hui, ça constitue une bonne séance de préparation pour le Beaufortain.