20 Kilomètres de Paris 2010

 

Un temps superbe pour la 32ème édition de cette classique Parisienne organisée par l’armée de l’air. Mon entreprise a gentiment sponsorisé un groupe de coureur et on se retrouve près de la Tour Eiffel une heure avant le coup d’envoi. Le temps de discuter un peu et de faire une photo souvenirs, je me dirige en direction de la ligne de départ.

 

 

 

Le Pont de l’Iéna est une nouvelle fois noir de monde quelques instants avant le départ, c’est en effet plus de 20000 coureurs qui ont répondu présent. Bien qu’étant dans le SAS1 , le départ est toujours aussi problématique avec l’Avenue des Nations Unis qui n’est pas suffisamment large pour contenir un tel flot de participants. Néanmoins après moins d’un kilomètre, j’ai enfin une vue un peu plus dégagée et je peux courir à mon rythme. Je sais par avance que je n’aurai pas les jambes des grands jours avec un trail de plus de 50 kilomètres effectué deux semaines auparavant. Je pars donc tranquille, en gérant avec un temps aux alentours de 4min au kilomètre. Je passe le 5ème kilomètre en 19:40, à partir de là je me lance sur une base de sous 1h20, reste donc à garder ses 20 secondes d’avances jusqu’au bout. Le passage au Bois de Boulogne est vite avalé, je suis à l’aise dans les petites bosses. Je passe le 10ème kilomètre en 39:45, j’ai donc perdu 5 secondes. Peu après le 10ème vient les quais de Seine, ce passage linéaire parait effectivement bien long.

 

Je passe en 59:39 au 15ème, j’ai donc 21 secondes d’avances pour boucler les 5 derniers kilomètres. Je commence vraiment à piocher, surtout à partir du 17ème, mais je serre les dents. Finalement je passe la ligne en 1h19min44 à la 324ème position, améliorant mon temps de 16s sur cette course malgré le trail des Aiguilles Rouges qui a pesé dans les jambes sur la fin. Contrairement au semi de Lille début septembre, j’ai assez bien géré mon rythme en ne partant pas trop vite, je suis resté constant tout au long de la course et ainsi pu réaliser un meilleur chrono.

Semi-Marathon du vignoble d’Alsace

Comme j’en ai l’habitude depuis deux ans, je vais courir une des épreuves annexes du Marathon des Vignobles d’Alsace se déroulant le dimanche 20 juin 2010. Cette année, j’ai décidé de m’engager sur le semi-marathon.

Ce parcours de 21km emprunte la deuxième partie du marathon dont le départ est donné deux heures plus tôt. Le profil de la course est loin d’être plat et roulant, l’organisation propose en effet un parcours à travers des villages d’Alsace empruntant de nombreux chemins de terre en plein nature ainsi que de belle montées à travers les vignes.

Cette sortie un peu vallonnée permettra de diversifier la préparation pour le Beaufortain et connaissant l’ambiance de course ainsi que la très bonne organisation sur place, je suis vraiment impatient d’y participer.

Jonathan

Résumé semi marathon de Paris 2010

Première chose à retenir de cette épreuve de masse: le froid. En effet, malgré un beau soleil, la température est négative en ce dimanche matin, et le vent glacial n’est pas là pour arranger les choses. Je suis véritablement frigorifié sur la ligne de départ et je n’ai qu’une hâte, entendre le coup de départ.

Une fois ce dernier enfin donné, je ne pars pas vite, je suis juste « au train » car avec une préparation tronquée depuis 2 semaines et demi en raison d’un voyage à l’étranger, je préfère ne pas prendre de risque et me mettre trop rapidement dans le rouge. Je commence seulement à me réchauffer aux environ du 3ème kilomètre. Le site internet annonçait 27000 inscrits mais finalement 22000 coureurs ont pris le départ. Sur les 7 premiers kilomètres ça déroule assez bien grâce notamment à un vent venant de dos, mais le profil de la course étant en boucle, à partir de justement ce 7ème kilomètre, le vent arrive de face et c’est assez contraignant. Le parcours bien que très roulant s’accompagne de quelques bosses où les relances sont obligatoires pour garder une bonne allure.

Je parviens globalement à rester constant tout au long de la course, avec une vitesse moyenne très légèrement en dessous des 4min/km. Au 17ème kilomètre, le retour dans le bois de Vincennes s’accompagne d’un vent alternant de face et de coté qui me donne l’impression de ne plus avancer. Finalement je finis la course tranquille en 1h23’14 à la 342ème place, ce qui est tout de même une surprise au vue de ma faible préparation de ces dernières semaines.

Maintenant il ne me reste plus qu’à corriger cette vilaine ampoule sous le gros orteil droit et me ré-entrainer d’autant plus en vue du Trail du Ventoux dans deux semaines qui reste le vrai objectif!

!!! A noter les gros soucis d’organisation à l’arrivée pour les personnes arrivant aux alentours de 2h, une note d’excuse d’ASO est disponible sur leur site. !!!